fbpx
Groupasol > Mazout > Faire contrôler sa citerne à mazout

Une citerne pour son mazout de chauffage : est-ce nécessaire?

De nombreux ménages en Belgique choisissent de se chauffer au mazout : un prix plus abordable (que l’électricité notamment), un haut rendement, une facilité d’accès (contrairement au gaz qui n’est pas disponible dans toutes les communes ou rues belges).

Mais le mazout n’est pas disponible à la consommation comme le gaz ou l’électricité, qui arrivent chez vous à la demande, en fonction de vos besoins. Il vous faudra donc commander, payer et stocker sur du long terme le mazout nécessaire pour chauffer votre habitation mais aussi votre eau pour la douche ou le bain.

Une citerne de grande contenance s’avérera donc pratique pour éviter de repasser commande tous les mois auprès de votre fournisseur de mazout.

Le plus souvent reléguée dans le garage ou dans la cave, parfois enfouie dans le jardin, elle se laisse oublier jusqu’au moment où il faut à nouveau la remplir, toujours trop rapidement à notre goût d’ailleurs. On commande du mazout de chauffage (avec le système d’achat groupé de Groupasol pour obtenir le meilleur prix dans votre région, bien sûr) et puis on l’oublie à nouveau, jusqu’à la prochaine fois.

Mais l’oublier n’est pourtant pas une bonne idée ! Comme pour tout dans une habitation, un entretien régulier et des vérifications fréquentes de son apparence extérieure et de son état sont bien utiles pour éviter de mauvaises surprises !

Groupasol vous a obtenu un super prix pour le contrôle de votre citerne !

Mais comment fait-on l’entretien de sa citerne à mazout?

Peut-on s’en occuper soi-même ou doit-on faire appel à un chauffagiste ou à un professionnel?

Quels sont les différents points d’attention à ne pas perdre de vue et surtout, ce contrôle de la citerne est-il (parfois? toujours?) imposé? 

Le contrôle de sa cuve à mazout : une obligation?

Bien entendu, il est toujours préférable de faire des entretiens réguliers de sa citerne. Ne fut-ce que pour éviter des fuites qui pourraient avoir des conséquences désastreuses dans votre habitation ou sur votre terrain ; ou pour ne pas être confronté à des problèmes techniques qui vous empêcheraient de chauffer votre habitation et votre eau sanitaire.

Cela étant, ces vérifications d’usage ne sont pas toujours obligatoires. Pour savoir si un contrôle citerne vous est imposé, voici les facteurs à prendre en compte :

  • la mise en service de la citerne : une cuve à mazout devra toujours être vérifiée après son installation ou avant sa mise en service, qu’il s’agisse d’une nouvelle construction ou du remplacement d’une citerne existante.
  • le changement de propriétaire : si vous faites l’acquisition d’une nouvelle habitation, vérifiez toujours l’état et le fonctionnement de la citerne à mazout.
  • la contenance de votre citerne : un examen de son état est obligatoire pour toute citerne à mazout d’une capacité supérieure à 3000 litres (en région Wallonne et à Bruxelles – 6000 l en région Flamande) et celui-ci dépendra de son emplacement (citerne aérienne ou enfouie). On vous donne tous les détails plus loin dans cet article.

Pourquoi prévoir un contrôle de sa citerne?

Pour éviter les fuites de mazout

Une fissure dans la cuve… et c’est la catastrophe! Le mazout s’échappe et se répand partout.

En plus de perdre le contenu de votre cuve (ce qui représente une somme d’argent généralement non négligeable et surtout irrécupérable), de devoir assainir le sol de votre terrain ou essayer de nettoyer votre cave inondée, vous devrez également prévoir une réparation, voire un remplacement de la citerne, en urgence.

De nombreux tracas dont vous vous passeriez bien non ?

Pour prévenir les pertes de rendement de son chauffage

On ne parle pas ici d’une panne de chaudière ou d’un oubli de remplissage de la cuve, mais bien d’un problème technique lié à votre citerne à mazout.

Le pétrole (et donc son dérivé, le mazout de chauffage) contient des sédiments qui, au fil du temps, peuvent s’agglutiner au fond et sur les parois de votre cuve à mazout. Ces dépôts provoquent des pertes d’énergie lors de la combustion et indirectement des pertes d’argent (puisque la qualité du mazout est altérée et celui-ci est donc moins performant pour chauffer à hauteur égale votre logement).

Un autre problème qui peut être rencontré est la formation d’eau par condensation. Celle-ci se dépose à nouveau au fond de la cuve et altère la qualité du mazout et son rendement calorifique.

Enfin, le scénario catastrophe arrive quand la cuve se fissure et laisse échapper du mazout. En plus de perdre le contenu de votre cuve, de devoir assainir le sol, vous devez également la faire réparer en urgence, voire la remplacer. Il est donc important de détecter d’éventuelles fissures suffisamment tôt pour s’éviter de nombreux tracas inutiles !

Pour mettre sa citerne à mazout en conformité

Lorsque vous entrez dans la catégorie des contrôles obligatoires, vous devrez pouvoir présenter un certificat de mise en conformité de votre citerne.

Celui-ci vous est automatiquement délivré par le professionnel qui réalisera le contrôle de votre cuve, au terme des différentes vérifications auxquelles il procédera.

L’objectif étant d’obtenir la vignette verte qui valide la conformité de la cuve et vous autorise à l’utiliser normalement jusqu’à la prochaine période de vérification.

Si votre citerne n’est pas conforme à la législation mais qu’il n’y a pas de risque de pollution des sols, l’expert vous délivrera une vignette orange, provisoire. Vous disposerez alors d’un délai de 6 mois pour remettre la cuve en conformité avant un nouveau contrôle.

Si l’expert vous délivre une vignette rouge, c’est qu’il y a alors un grave problème avec votre citerne et un danger réel de fuites et de pollution. L’usage de la cuve sera alors interdit et vous devrez réparer ou remplacer la citerne défectueuse avant de demander un nouveau contrôle pour remettre l’installation en service.

En quoi consiste un contrôle de citerne à mazout ?

Lors de l’opération de contrôle périodique de votre cuve, les professionnels procèdent aux opérations suivantes :

  • Contrôle du bon fonctionnement du système anti-débordement et des accessoires
  • Analyse  visuel de l’installation : échographie et passage d’une caméra sur les parties non visibles à l’œil nu (le dessous de la citerne et les points de soudures)
  • Vérification de présence d’eau ou de boue
  • Contrôle du système de détection de fuite (si présence de ce système sur votre modèle de cuve)
  • test d’étanchéité sur les citernes enterrées (via ultrason)
  • Fourniture de l’attestation de conformité
Contrôle citerne

A qui puis-je demander de réaliser le contrôle ?

Puis-je le réaliser moi-même ou dois-je faire appel à un spécialiste ?

A nouveau, cela dépend de la catégorie dans laquelle vous vous trouvez. Si le contrôle ne vous est pas imposé par la législation, vous pouvez en tant que particulier vérifier l’état externe de votre cuve.

Mais cela coule de source aussi que certains points d’attention ne pourront être vérifiés de votre chef, si des outils particuliers sont nécessaires, par exemple pour vous assurer qu’il n’y a pas de dépôts ou de condensation dans la cuve.

Si par contre la loi vous oblige à un contrôle régulier, vous devrez faire appel à un professionnel agréé, dont vous trouverez la liste sur le site environnement de la Région Wallonne. Certains sont agréés pour les contrôles externes (citernes aériennes), d’autres pour les citernes enfouies nécessitant un contrôle par ultrasons.

Découvrez le prix négocié par Groupasol pour le contrôle de votre citerne

Combien ça coûte de faire contrôler sa citerne de mazout ?

En région bruxelloise, dans les provinces du Brabant-Wallon, de Liège, de Namur, du Hainaut et de Luxembourg, un contrôle citerne coûte généralement aux alentours des 140€ pour une citerne aérienne et 125€ pour une citerne enfouie (mains d’oeuvre et déplacements compris, pour des citernes d’une contenance inférieure à 10 000 litres).

Mais avec Groupasol, vous pouvez également bénéficier d’un tarif préférentiel et une réduction de 40% sur le contrôle de votre citerne à mazout. N’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations à ce sujet !

Quand prévoir un contrôle citerne?

Pour les contrôles obligatoires

Pour les citernes entre 3000 (en région Wallonne et à Bruxelles – 6000 l en région Flamande) et 25 000 litres, le contrôle annuel est obligatoire et légiféré mais la loi fait une nouvelle distinction entre les citernes aériennes et les citernes enfouies.

Pour les premières, accessibles rapidement et dont l’examen visuel est simple, réalisez le contrôle tous les 10 ans. Le délais est de 3 ans si la citerne ne dispose pas de système anti-débordement.

Les citernes enterrées feront elles l’objet d’un contrôle plus régulier qui dépendra de l’âge de la citerne : tous les 10 ans pour les cuves de moins de 20 ans, tous les 5 ans pour celles entre 20 et 30 ans et tous les 3 ans pour les citernes de plus de 30 ans.

Si vous souhaitez faire installer une cuve de plus de 25 000 litres, sachez qu’il vous faudra au préalable obtenir un permis d’environnement délivré par votre administration communale.

Enfin, si pour une raison ou une autre, vous renonciez à utiliser votre cuve à mazout, sachez que la loi vous oblige la neutraliser.

[:fr]Controle citerne chauffage[:]

Lorsqu'un problème avec sa cuve à mazout s'annonce!

Légalement, vous n’avez aucun obligation de faire des contrôles réguliers de votre citerne. En revanche, pour éviter les nombreux problèmes cités plus haut, prévoyez une vérification de l’état et du fonctionnement de votre cuve.

Quelle est alors la fréquence idéale et le moment opportun pour procéder à ces petits contrôles ?

Idéalement, prévoyez de vérifier votre citerne avant de faire le plein de mazout (en cas de problème avéré, vous aurez moins de perte de produit et d’argent) et si possible également, avant la période hivernale. On peut se passer d’eau chaude un jour ou deux pour se laver, mais c’est nettement moins agréable de faire face à des soucis techniques avec sa cuve quand il faut chauffer son habitation alors qu’il gèle dehors !

Un premier facteur annonçant un problème, c’est évidemment une augmentation excessive et inexpliquée de votre consommation de fioul. Si vous n’avez pas changé vos habitudes de chauffage ou d’occupation de votre habitation et que vous constater une augmentation importante du mazout consommé sur quelques semaines, c’est probablement le premier signe externe d’une fuite ou d’un problème de rendement dû à des dépôts ou de l’eau dans la cuve.

En cas de pannes à répétition ou de problème d’étanchéité, vous devez prendre rendez-vous le plus vite possible avec un professionnel.

Enfin, si vous renoncez à utiliser votre cuve à mazout, sachez que vous devez, selon la loi, la neutraliser.

Les cuves à mazout vieillissent mal. Négliger son entretien peut s’avérer lourds de conséquences. Nous recommandons un contrôle fréquent.  Vous éviterez ainsi tout dépense imprévue. Vous conserverez également votre cuve en bon état le plus longtemps possible.