Blog

Home > Mazout > Blog > Asthme et allergies : l’importance d’un chauffage adapté

Asthme et allergies : l’importance d’un chauffage adapté

Blog
  •   Temps de lecture : 4 minutes
  •   Date de publication : 19 novembre 2018
  •   Date de mise à jour : 4 mars 2022

Le beau temps est de retour, quelle bonne nouvelle ! Enfin, ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde. Ce premier week-end au temps printanier signe également le retour des risques d’allergie.  Si vous êtes sujet à l’asthme ou aux allergies, votre système de chauffage joue un rôle important dans le développement de ces pathologies. Explications :
 

L’asthme, c’est quoi au juste ?

Voici la définition du Fonds des affections respiratoires asbl : « L'asthme résulte d'une inflammation chronique des bronches qui contribue à rendre celles-ci plus sensibles, on parle d'hyperactivité bronchique. En contact avec certains agents irritants, elles vont se rétrécir suite à plusieurs phénomènes : un œdème de la paroi, une augmentation de la sécrétion de mucus et une contraction musculaire. Cette obstruction bronchique, parfois brutale, est réversible. »

L’asthme et les allergies, des affections largement répandues en Belgique

L’asbl estime que 4 à 7% des adultes et 9 à 14% des enfants souffrent d’asthme.
Cette maladie chronique se manifeste par des symptômes tels que des difficultés respiratoires résultantes d’une inflammation des bronches et peut être accentuée par un air ambiant chargé en poussières ou avec un taux d’humidité inadéquat.
À cela s’ajoute les 30 à 40% des belges souffrant d’allergies saisonnières !

 

Prévenir l’asthme et les allergies en choisissant son installation de chauffage avec soin

Pour garder la forme, les personnes sujettes à l’asthme ou aux crises allergiques doivent adapter leur mode de vie afin d’éviter les allergènes potentiels et la pollution de l’air. Passant la majeure partie de notre temps à la maison, et encore plus avec le développement du télétravail et les mises en confinement de ces deux dernières années, la gestion du chauffage et de la ventilation est primordiale.

 

Quelle énergie faut-il privilégier ?

Que vous vous vous chauffiez à l’électricité, au mazout, au gaz, au bois ou aux pellets, l’énergie importe peu dans ce domaine, pour autant que vous disposiez d’une installation adaptée.
Il s’agit avant tout de veiller à ce que l’air reste sain. Évitez donc les anciens systèmes de chauffage disposant de convecteurs à soufflerie. Ils propagent les poussières et assèchent l’air. L’air sec pulsé par nos systèmes de chauffage amplifient encore les problèmes respiratoires.
Par ailleurs, un système de chauffage homogène dans l’habitation est conseillé pour éviter les murs froids sur lesquels se forment la condensation et ensuite les moisissures.

 

La gestion du taux d’humidité

Une fois que vous avez veillé à préserver l’air ambiant du monoxyde de carbone, des poussières et des particules, vous devrez encore gérer le taux d’humidité. Son taux idéal se situe entre 30 et 50%
Pendant la période hivernale, alors que vos chauffages sont constamment allumés, l’air s’assèche plus aisément. Sous le seuil des 30% d’humidité, la propagation de virus est facilitée et l’air sec peut alors provoquer des irritations aux poumons et de possibles crises d’asthmes. À l’inverse, un taux d’humidité dans l’air supérieur à 60% est plus favorable au développement de moisissures, d’acariens et d’autres parasites engendrant des allergies.
Vous pourrez mesurer ce taux aisément en vous procurant un hygromètre (disponible dans les magasins de bricolage dès 5€).
L’apparition de crises d’asthmes ou d’allergies peut donc, avec de simples contrôles du taux d’humidité de l’air, être réduite.

L’aération

Pour un logement sain, l’air doit circuler. Cela permet à l’humidité et aux allergènes d’être évacués. Si vous souffrez d’allergies aux pollens, aérez votre maison très tôt le matin. Vous éviterez les contacts avec le pollen qui se déplace avec les mouvements d’air chaud, plus fréquent durant la journée.
L’autre possibilité, c’est d’opter pour une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC). Elle permet de concilier l’aération de la maison et le contrôle de votre facture d’énergie, surtout en hiver. Il en existe différents types :

  • La VMC simple flux hygroréglable : ce système adapte son débit d’air en fonction du taux d’humidité de la pièce.
  • La VMC double flux : elle réchauffe l’air neuf en récupérant la chaleur de l’air sortant et est équipée d’un filtre évitant l’apport de pollens et d’autres polluants extérieurs.

Il y a encore une troisième solution pour les personnes sujettes à l’asthme et aux allergies, la climatisation. Les climatiseurs sont équipés d’un système de filtration active. Ses filtres désodorisants et électrostatiques nettoient l’air de ses particules et vous garantissent un air sain à la maison.

Un air sain pour tous

Quel que soit votre système de chauffage, et que vous soyez ou non allergiques, n’hésitez pas à vérifier si l’air qui circule dans votre logement est sain pour toute la famille. Et cela commence par une inspection de vos appareils de chauffage. Assurez-vous dans un premier lieu que votre appareil ait bien été installé et ne dégage pas de monoxyde de carbone (CO). Celui-ci se produit lors de la combustion d’un appareil mal entretenu et peut provoquer des intoxications graves.
Asthmatique ou non, la règle d’or consiste donc à réaliser un entretien fréquent de vos appareils de chauffage. Cet entretien annuel est obligatoire et vous permettra également de conserver la bonne performance de vos appareils et de réaliser des économies sur la consommation.

 

Bon à savoir :

Un nouvel achat groupé a lieu ce week-end ! Inscrivez-vous gratuitement à l’action pour être tenu informé des prix négociés avec les fournisseurs pour votre prochaine commande de mazout.

Pour aller plus loin :

 

Inscrivez-vous au prochain achat groupé de mazout de chauffage

 
Partager cet article:

Laisser un commentaire